Accueil  //  Sanscatégorie  //  Captures d'instants de 2016
Des jupons  d'histoires

Poésie

Son oeuvre poétique comprend des recueils comme Des jupons d'histoires, Cette main qui enquête, Par les ongles retenue, Anastasie ou la mémoire des forêts et Dix minutes avant l'heure aux montres de Dali.

 

 

TraductionsLundi sans faute

Traductrice recherchée, elle a traduit plusieurs publications dont Neuvième personne du singulier, Lundi sans faute, Cinq minutes de plus à Berlin, Coeurs Molotov et Un jour même les pierres parleront.
Pied de puce

Littérature jeunesse

Ses livres pour enfants ont presque tous en commun de mettre en scène des enfants qui se sentent différents des autres qui vivent des réalités hors du commun.
 
 
Portes et fenêtres

Visuels

Sylvie Nicolas ne se considère pas comme une artiste visuelle. Les visuels sont pour elle une façon d'écrire ou de mettre en images ce qui lui vient.
  • Tab 1 - Perruches

    Perruches

    Perruches

    Un hommage aux perruches qui, à un moment ou l'autre, ont partagé le quotidien de la poète. Garbo, Greta, Henri, Raoul et Biloxi Blues. Toutes ont inspiré cette petite série intitulée Les Zezzzz.

     

    Consulter la galerie des perruches.

  • Tab 3 - 8 h

     

    8 h Saint-Vincent de Paulet des poussières

    Cher Vincent-de-Paul, si ça ne vous embête pas trop, je vais sauter par-dessus la sainteté, d’autant plus que là où on vous a stationné – dans un garage désaffecté, côte d’Abraham – parmi les débris de votre socle et autres cochonneries, je me dis qu’on peut se permettre d’établir un rapport un peu moins officiel.

     

    Consulter le bulletin Huit heures.

Captures d'instants de 2016

 

2016-12-21
Dans l’industrie politique
Trump, trompettes, tromperies

2016-12-21
Mon vote va
à l'écriture
à la vie
qui ne font aucune promesse

2016-11-25
Le monde marchand m'exaspère
trop de temps perdu en réclamation
alors qu'un poète qui meurt
ne réclame rien

2016-09-22
les poètes ne se couchent pas
même dans la mort
ils restent debout
de la beauté plein les mains

2016-08-31
Ce matin
trop de trop
dans ma tête

2016-07-02
Ça m'arrive rarement
mais j'ai raté mon café

2016-07-12
La mer dans tes yeux
moi devant

2016-06-27
Voir autrement
voir peut-être
tout simplement

2016-06-13
Cent pas à faire pour arpenter
l'étang des songes
ou s'égarer
dans une ruelle sans nom

2016-05-30
Toute parole est un corps nu
quand le fleuve
ses marées et ses vents
remontent en moi

2016-05-12
Tes doigts sur le coeur réparé
tes doigts d'homme
et mon regard sans voix

2016-04-18
Des mots
et derrière mon épaule
les premières lueurs de l'aube

2016-04-02
Fêlures et lignes de casse
sous tes doigts
redessinant le nid
brindille par brindille

2016-02-15
Garder les restes sacrés
ne rien laisser au hazard

2016-02-03
Le pied posé sur l'ombre mendiante
ne rien attendre
pour la main tendue

2016-01-18
Noir en plein jour
une main posée sur le visage
de l'aube

2016-01-04
Les clochettes du temps
aux chevilles des unes
le pas léger des autres
libérées de leurs chaînes

SYLVIE NICOLAS A PUBLIÉ EN FÉVRIER ET MARS 2020

 

Aucun mot...

Aucun mot n’est tenu au miracle
publié au Noroît


En librairie à compter du 18 février

 

« tes dires sous le fer à repasser
tu sais qu’aucun mot n’est tenu au miracle »

 

 

  Nos yeux...

Nos yeux dans le bac bleu

chez Moult éditeur

 

Ce recueil de poésie sera en librairie le 5 mars.

 

 

 

SYLVIE NICOLAS VIENT DE TRADUIRE

Mangeurs de pemmican

The Pemmican Eaters de Marillyn Dumont.

Publié aux Éditions Hannenorak sous le titre Mangeurs de pemmican.

Préface de Pamela Sing.

 

Avec ce titre s’inspirant du surnom dont John A. Macdonald avait affublé les Métis, Marilyn Dumont ravive un pan de l’histoire et le conjugue au temps présent. Constitué de textes poétiques en prose et en vers, Mangeurs de pemmican convie à une touchante traversée de la période de résistance de Louis Riel autour de la bataille de Batoche et en évoque les enjeux géographique, culturel, linguistique et politique. À cette relecture poétique de l’histoire à travers les yeux de Riel, de Gabriel et Madeleine Dumont, se greffent des poèmes sur le bison, l’art sensible du perlage, la charrette de la rivière Rouge, les langues mitchif, française et crie, que parlaient les ancêtres de Dumont. Mangeurs de pemmican témoigne de la force vive de la diversité des identités culturelles plutôt que de ses fragilités. 

 

Mère(s)

(M)other de Sanita Fejzic.

Publié chez Bouton d’Or Acadie sous le titre Mère(s) et monde.

 

L'auteure et l'illustratrice Alisa Arsenault seront en direct sur Facebook pour le lancement de (M)other et de sa traduction Mère(s) et monde publiés chez Bouton d’Or Acadie. Le 5 mai prochain 14h (heure du Québec) 15H (heure des maritimes).

Ce récit, traduit d’un poème finaliste en 2018 du CBC Poetry Prize, raconte la difficulté des familles homoparentales à être acceptées pour ce qu’elles sont : des familles aimantes.

 

 

SYLVIE NICOLAS RECOMMANDE EN POÉSIE

 

 

 

 

Deux recueils de poésie aux éditions Hannenorak :Les Visages de la terre de Louis-Karl Picard-Sioui et Bréviaire du matricule 082 de Maya Cousineau Mollen.

 

 

 

Chez Lézard amoureux et aux éditions La Peuplade :Ne plus planter des ciseaux dans ton cri d’Isabelle Forest,

Chauffer le dehors de Marie-Andrée Gill et aux éditions du Passage : Le combat du siècle de Stéphane Piché

 

 

SYLVIE NICOLAS RECOMMANDE EN ROMAN

 

 

 

Aux éditions Hamac, Tu ne tueras point d’Anne Peyrouse et aux éditions XYZ, Hivernages de Maude Deschênes-Pradet

 

 

 

SYLVIE NICOLAS RECOMMANDE DE LIRE ET DE RELIRE

pour la beauté de l’écriture et l’amour de la littérature :

 

 

 

 

Aux éditions Nuit blanche, Don Quichotte ou l’enfance de l’art, un essai de Marc Chabot.