Accueil  //  Publications Inédits  //  Slam - Dans mon monde parallèle

Dans mon monde parallèle (slam)

Dans mon monde parallèle    mon monde virtuel
mon humanité entière est mise en conserve
en 140 caractères
toi comme moi    on a l'air de deux poèmes déguenillés
deux poèmes auxquels on aurait
ouvert les veines
découpé les artères
en les saignant par la langue
    des poèmes qu'on saigne ça agonise
        mais ça ne meurt pas
avec nos têtes de réfugiés
d'abandonnés     de laissés pour compte
on nage dans un blogue
dans le pornomindland
les bras pendus à l'étal du boucher
les poignets tailladés
les doigts portés disparus
les jambes dans l'interminable marche du condamné
    notre cœur en bandoulière se fracture
    mais un cœur fracturé       on le sait
        ça ne saigne pas

on se retrouve avec des pinces de désincarcération
dans le fond de la gorge    sans lèvres
pour embrasser les tendresses du siècle
nos corps privés de nos hanches pour le bercement
nos ventres pillés     désertés par la fabrique de sens
tout nus dans un blogue all-you-can-eat
un jour de mars
alors que mars s'annonce sans tempête
on se débat    
sans nos membres        sans nos souffles
sans nos têtes de pioche    sans nos théâtres d'ombres
à chercher God    Godot        sa dernière bande
    nos ventres se referment sur du vide
    et un ventre vide    on en convient    
ça ne saigne pas

toi comme moi dans la chaîne alimentaire
transformés pour planète affamée
en tartare ou en caviar
accompagné de macédoine
de ketchup    de moutarde ordinaire
de purée         de petits pois
on se laisse avaler
et une fois avalés     c'est vrai
ça ne saigne pas

toi comme moi     nos histoires émincées
passées à la moulinette
servies sur un nid de Gravol
dans le web     dans un blogue
au journal de fin de soirée
quand le monde explose
qu'un enfant est assassiné
qu'une femme est retrouvée sans identité
que des jeunes disparaissent de la face de la terre
on est seuls avec nos doutes
dispersés    éparpillés convenablement        
    comme il se doit
nos viscères dans une danse à dix sur yu-tube
nos espoirs     nos désirs
saignés comme on saigne
un cochon un veau une vache
shakespeare avec une pomme dans la gueule     
pour la garniture
en gastrophobie
en filet mignon
en grillade
en paupiette
en terrine
en timbale

toi comme moi    
à regarder tomber entre nos doigts
le monde entier régurgité
    et le monde régurgité
ça se peut que ça saigne
mais aux actualités
c’est vrai que ça ne salit pas le plancher